HELLO !

Aujourd’hui, c’est un article un peu spécial que je vous présente.
Et oui, car aujourd’hui, je souhaite vous parler de… Jeremstar !

Attendez, je m’explique.

Du haut de mes 22 ans, je baigne depuis l’enfance dans le doux monde de la télé réalité française, que j’ai donc pu voir évoluer… De la Star Academy à Loft Story, en passant par la Ferme Célébrités, Nouvelle Star, Carré VIIP – et j’en passe ! – pour finalement en arriver aujourd’hui aux Anges, aux Ch’tits et Marseillais… Oui, je l’avoue ; j’ai passé pas mal d’heures devant la télé à regarder ce genre d’émissions.


Alors, j’entends déjà les propos d’Enora Malagré résonner :  « La télé réalité, c’est malveillant, dangereux, pernicieux… » ce qui n’est pas totalement faux en soi. Mais bien que j’aie grandi avec un oeil en permanence sur toutes ces émissions qui tournent en boucle à la télé depuis une dizaine d’années, elles n’ont pas pour autant impacté ma vie et mes choix. Je n’ai pas abandonné les études, je ne me suis pas transformée en bimbo écervelée, et j’ai d’ailleurs toujours le goût de la lecture et de plein d’autres loisirs bien plus instructifs et enrichissants que ces petits scénarios télévisés écrits à l’avance, car je suis évidemment parfaitement lucide quant à leur « authenticité »… !

Mais voilà, avec ce petit plaisir coupable qui me suit depuis que je suis toute petite, le fait est que je suis devenue, malgré moi, une Jeremstarlette.
Vous savez, ce genre de petites choses qu’on n’assume pas vraiment, surtout à 22 ans, à l’heure des études supérieures où on se détache petit à petit du monde de l’enfance et de l’insouciance pour s’intéresser à des choses un peu moins légères.

Et je l’avoue, moi aussi je m’en détache doucement, mais, mais, mais…
JEREMSTAR, QUOI. Merde, je suis complètement prise au piège.

À la base, j’ai découvert Jeremstar en 2011 dans Tellement Vrai, alors qu’il était davantage Jeremy que Jeremstar, qu’il recherchait l’amour mais n’y parvenait pas vraiment à cause de son monde et de ses délires.
Le gars était déjà complètement perché, sa chambre remplie de canards en plastique, et il jonglait entre shows sexy et pornographie pour payer ses factures.

jeremstar

Je l’ai ensuite plus ou moins suivi, mais l’ai retrouvé pour de bon avec les Anges de la Télé Réalité, où il était tellement détestable que les candidats ne pouvaient pas se le voir en peinture.

Et puis… Je ne sais plus vraiment comment ni pourquoi, mais un jour, par curiosité, j’ai traîné sur sa petite conciergerie en ligne et ai commencé à regarder ses interviews-baignoires, que j’ai trouvé assez bien réalisées. Ses questions incendiaires étaient pertinentes (et le sont toujours !), et ce qu’il essaie parfois de dénoncer aussi. Ce mec a carrément inventé un métier qu’il est le seul, à mes yeux, à savoir si bien gérer aujourd’hui. Critique spécialiste de la télé réalité, il démolit littéralement les candidats en soif exagérée de notoriété – alors que lui-même est passé par là. Ce paradoxe peut laisser perplexe, mais il ne met que trop bien en lumière la bêtise de certains personnages et situations pour comprendre qu’il a un réel recul sur ces passerelles vers la célébrité.

Bref, je me suis prise au jeu, à son monde, à sa baignoire et ses canards en plastique, et j’ai fait l’erreur de l’ajouter sur Snapchat. Il n’était donc plus question d’une simple visite sur son site kitschounet qui parle de télé réalité – non, là, c’est carrément devenu une immersion dans la vie de Jeremstar.

Bon, je ne valide pas tout, évidemment. Mais quand même, de manière générale, ce mec, ses cris, son personnage, sa vie, me font rire. On y voit par ailleurs quelqu’un qui est proche de ses fans, qui divertit les ados tout en essayant de casser l’image idyllique que certains peuvent se faire de la télé réalité ; il s’agirait presque de prévention, parfois. Je me tape souvent de bonnes crises de rire tout de même, et je pense que ça fait partie de ces choses qu’il faut prendre au millième degré pour les comprendre. Il assume d’être une mascotte qui amuse la galerie, et ça ne sert à rien de s’en offusquer – même si, comme je l’ai dit précédemment, je ne suis pas forcément toujours d’accord et n’approuve pas à 100% ce qu’il peut dire ou faire.

hoo0686-1024x683

Donc voilà, je l’assume. Je suis Jeremstar de si près que j’en connais ses expressions par coeur, et je regarde avec un plaisir non-dissimulé ses stories Snapchat.
C’est grave, Docteur ?

Et pour aller encore plus, plus, plus, plus loiiin… J’ai même mis mes talents de graphiste à l’oeuvre pour illustrer ses « cris », comme il les appelle, les plus connus.
Pour toutes les Jeremstarlettes (qui s’assument ou non !), vous pouvez désormais habiller votre téléphone de façon discrète et graphique aux couleurs des bêtises de Jerem ! Ça faisait pas mal de temps que je n’avais pas créé de fonds d’écran, et je me suis bien amusée à pratiquer l’exercice dans l’univers de Jeremstar.

J’espère donc que ça vous plaira aussi !

lefond_morues

lefond_poule

lefond_lait

lefond-04

 

Divi WordPress Theme